Articles

Comment évaluer votre estime de soi avec l’échelle de Rosenberg

Echelle de Rosenberg

 

Echelle de Rosenberg

Aujourd’hui, je vous propose un article un peu particulier puisqu’il va s’articuler autour de 3 exercices pour développer votre auto-estime. L’estime de soi n’est pas une qualité dont certaines personnes seraient dotées et d’autres non. Avoir une bonne estime de soi est une compétence qui se développe pour cela il faut être vigilant, et savoir lui donner les ingrédients nécessaires pour qu’elle s’épanouisse!  A votre avis quel est votre estime de soi ? Est-elle haute ou plutôt basse ? 

 

L’echelle de Rosenberg

Nous allons recourir à l’utilisation de l’un des outils d’évaluation de l’estime de soi le plus utilisé, il s’agit de l’Echelle de Rosenberg. Elle représente une évaluation de l’estime de soi globale que la personne peut avoir d’elle-même. Ce test se compose en 10 questions et vous aurez 4 réponses possibles pour chaque question.

Les réponses possibles :

1 – Tout à fait d’accord

2 – D’accord

3 – Pas d’accord

4 – Pas du tout d’accord

 

Je vous laisse vous munir d’un stylo et d’une feuille et c’est parti ! Ne vous contentez pas de lire mais passez à l’action  😉

 

1 – Dans l’ensemble, je suis satisfait(e) de moi ? 1 – 2 – 3 – 4

2 – Parfois, je pense que je ne vaux rien ? 1 – 2 – 3 – 4

3 – Je pense que j’ai un certain nombre de bonnes qualités ? 1 – 2 – 3 – 4 

4 – Je suis capable de faire les choses aussi bien que la plupart des gens ? 1 – 2 – 3 – 4  

5 – Je sens qu’il n’y a pas grand chose en moi dont je puisse être fier ? 1 – 2 – 3 – 4 

6 – Parfois, je me sens réellement inutile ? 1 – 2 – 3 – 4 

7 – Je pense que je suis quelqu’un de valable, au moins autant que les autres gens ? 1 – 2 – 3 – 4 

8 – J’aimerais pouvoir avoir plus de respect pour moi-même ? 1 – 2 – 3 – 4 

9 – Tout bien considéré, j’ai tendance à penser que je suis un raté ? 1 – 2 – 3 – 4 

10 – J’ai une opinion positive de moi-même ? 1 – 2 – 3 – 4 

 

Vous avez répondu à toutes ces questions. Maintenant, nous allons comptabiliser les points.

 

Les questions 1, 3, 4,7, 10 sont des affirmations positives donc si vous répondu : 

  • “Tout à fait d’accord”, vous allez vous attribuer 4 points.
  • “D’accord”, vous comptez 3 points
  • “Pas d’accord”, vous comptez 2 points.
  • “Pas du tout d’accord”, comptez un 1 point.

Les questions 2, 5, 6, 8,9 étaient quant à elle des affirmations négatives donc si vous avez répondu :

  • “Tout à fait d’accord”, comptez 1 point.
  • “D’accord” accordez vous 2 points.
  •  “Pas d’accord” accordez-vous 3 points.
  • “Pas tout d’accord” accordez-vous 4 points.

Maintenant faites le calcul et passons à l’interprétation de vos résultats.

  • Si votre résultat est compris entre “10 et 16, vous avez une estime de soi plutôt basse.
  • Si vous avez un résultat entre “17 et 33”, vous êtes dans le groupe des personnes à estime de soi moyenne.
  • Si votre résultat est compris entre “34 et 40 vous appartenez  au groupe de sujet à forte estime de soi.

 

Super, vous avez une idée plus ou moins précise du niveau de votre estime de soi, nous allons procéder à la phase de transformation ou comment donner de la consistance à notre estime de soi. Une haute estime de soi a bien plus davantage qu’une faible estime de soi. C’est pourquoi à travers ces exercices, vous allez pouvoir la développer. 

Je vais reprendre une citation de Socrate pour introduire les deux exercices suivants, il disait “Connais toi, toi-même”. Ce qu’il nous dit c’est que la connaissance de soi est indispensable à l’épanouissement.

 


Premier exercice :

En fouinant dans des livres et sur un internet, j’ai dégoté un exercice pour mieux se connaitre. Il s’agit de “La fenêtre de Johari” mise au point par Josph Luft et Harrington Ingham en 1955. C’est un exercice de réflexion sur soi qui montre qu’il y a 4 grands domaines concernant la connaissance de soi.

  • Le domaine public : Il s’agit de tout ce qui est connu de tous vous concernant. Vos passions, qualités, défauts.
  • Le domaine aveugle : Il s’agit de ce que les autres savent de vous, sans que vous en soyez clairement conscience.
  • Le domaine caché : C’est tout ce que vous connaissez de vous mais que les autres ignorent.
  • Le domaine inconnu :  C’est la partie de vous qui n’a pas encore été révélée. Parfois certaines personnes se révèlent être des leaders alors qu’elles ne l’avaient jamais été auparavant mais dans de nouvelles circonstances, les choses peuvent changer.

Je vous invite à vous inspirer de ce tableau pour faire cet exercice ! 

Ce qui est connu de soi  Ce qui est inconnu de soi
Ce qui est connu des autres Domaine Public Domaine aveugle
Ce qui est inconnu des autres Domaine Caché  Domaine inconnu

 

En général, il est considéré que ce qui augmente le “Domaine public” augmente l’estime de soi. Cela consiste à : 

  1. Transformer une partie du “Domaine caché” en “Domaine public” : ça revient à affirmer ses idées, ses passions, ses émotions.  
  2. Transformer le “Domaine Inconnu” en “Domaine Caché ou Public” :  L’objectif est de faire de nouvelles expériences en se mettant dans des situations nouvelles. 
  3. Prendre connaissance du “Domaine Aveugle” :  Solliciter son entourage pour prendre conscience de nos comportements, des critiques, points forts. 

 


Deuxième exercice :

Pour aller plus loin dans la connaissance de soi. Je vous invite à choisir un thème (l’amour, la connaissance, l’amitié, la compassion) sur lequel vous voulez vous concentrer cela peut également être une personne, un groupe d’amis.

Maintenant que vous avez défini ce thème vous allez fermer les yeux et vous focaliser sur ce que vous avez choisi. Je vous invite à laisser défiler les images, les idées, les émotions relatives à votre choix. L’objectif de cette démarche consiste à voir comment votre esprit réagit par rapport à quelque chose de précis. N’intervenez pas sur le processus, laissez courir votre esprit, il vous fournira des informations.  

 

Sources :

  •  “L’estime de soi” de Christophe André et François lelord, p 49 236, 269.
  •  “Comment utiliser pleinement votre potentiel” de Bruno Lallement p 108.  

 

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.