Mon Défi - Lire 25 livres sur le mental

La magie de voir grand – Livre #13/25

La magie de voir grand

La magie de voir grand

« La magie de voir grand : Fixez-vous des buts élevés et dépassez-les ». Ce livre dévoile les attitudes positives propices à la réussite, qui aident à surmonter les difficultés et à réaliser ses rêves, indépendamment du contexte ou des limites personnelles, pour toute personne souhaitant accomplir des choses extraordinaires.

Par David Joseph Schwartz, 1959, 363 pages, titre original : The Magic of Thinking Big.

 

Chapitre 1 : Pour réussir, il faut y croire

La foi peut déplacer des montagnes. Si vous croyez en vos chances de réussite vous aurez ce pouvoir. Bon nombre de jeunes se lancent chaque jour de nouveau projet mais la plupart abandonnent car ils manquent de conviction, de chance en leur succès. La confiance en soi et en ses propres capacités est l’une des clés pour atteindre ce que l’on désire.

Ceux qui se sentent capables de soulever des montagnes y parviennent. De la conviction naît le pouvoir d’agir. C’est l’élément indispensable pour mener à bien un projet.  Quand l’esprit se met à douter, il attire toutes les raisons d’échouer. Croyez en la victoire et vous réussirez.

La conviction est le thermostat qui conditionne ce que nous accomplissons dans la vie.  Cette conviction couplée à une forte propension à agir vous fera progresser à pas de géant vers vos objectifs.

 

Comment cultiver la confiance en soi ?

  • Remplacez vos idées d’échec par des idées de succès.
  • Rappelez-vous que vous valez mieux que vous ne le pensez. Ceux qui réussissent ne sont pas des surhommes, ils ne détiennent pas une intelligence supérieure. Ce sont simplement des personnes qui cultivent leur confiance en eux-mêmes et dans leurs actions.
  • Voyez grand. Votre degré de réussite dépend de votre confiance en vous. Fixez-vous de grands objectifs vous obtiendrez de grands résultats.

 

Chapitre 2 : L’ « excusite », la maladie de l’échec

Dans ce chapitre vous allez découvrir comment la maladie de l’excuse explique la différence entre celui qui va de place en place à celui qui a des difficultés à occuper la sienne et comment nous pouvons être vaccinés contre ce type d’excuse.

 

L’auteur nous propose de découvrir 4 types d’excuses les plus courantes :

1 – Mais ma santé n’est pas bonne. C’est une manière de ne pas faire ce que l’on devrait faire. Dans le livre de John A. Schindler « comment vivre 365 jours par an : la joie de vivre au jour le jour » démontre que 3 lits sur 4 à l’hôpital sont occupés par des gens qui souffrent de maladie psychosomatique. Ces malades ne le seraient pas s’ils avaient appris à gérer leurs émotions.

2 – Il faut être intelligent pour réussir. Excuse qui touche 95 % des gens. De manière générale, nous sous-estimons les capacités de notre cerveau et nous surestimons les capacités des autres. A cause de ces 2 erreurs, bien des personnes renoncent à relever des défis.

Exercices pour se vacciner contre l’excuse de l’intelligence :

  1. Ne sous-estimez jamais votre intelligence
  2. Répétez-vous que votre attitude est aussi , voire plus, importante que votre intelligence
  3.  N’oubliez pas que votre attitude à penser est de loin supérieure à l’aptitude à mémoriser des faits

 

3 –Inutile d’essayer. Je suis trop vieux ou trop jeune. Cette excuse veut qu’on ne soit pas au bon âge pour démarrer une activité professionnelle ou sportive. Les gens qui se lancent dans une activité n’estiment pas avoir le bon âge, l’âge « parfait ». L’auteur nous propose une solution efficace pour guérir les personnes atteintes de ce syndrome dans le domaine professionnel.

Voici un exemple de ce type d’excuse : Un homme se sentait vieux, il avait 40 ans et s’estimait trop vieux pour faire une nouvelle activité professionnelle. L’auteur lui demanda à quel âge commence la vie active ? 20 ans dit l’individu. A quel âge se finit-elle ? Environ 70 ans si l’on aime son job ? ça dure environ un demi-siècle il vous reste 30 ans à faire, qu’attendez-vous ? L’individu se sentait épuisé alors qu’il avait fait à peine 40 % du chemin.

Exercices pour se vacciner contre l’excuse de l’âge:

  1. Valorisez votre âge actuel
  2. Calculez la part de vie active qu’il vous reste. Retenez qu’une personne de 30 ans à 80 % de sa vie active devant elle. La vie est bien plus longue que vous pouvez le penser.
  3. Cessez de vous dire c’est trop tard, j’aurai dû m’y mettre avant. Dites-vous plutôt : « Je m’y mets tout de suite, l’avenir m’appartient »

 

4 – Oui, mais moi, c’est différent, j’attire la malchance. Vous n’avez pas plus de chance ou de malchance que quelqu’un d’autre. En réalité, tout à une cause, ça s’appelle la  loi de cause à effet. Si une personne réussit mieux qu’une autre, en général la chance n’a rien à voir avec son succès.

 

2 manières de surmonter l’excuse de la chance :

    1. Accepter la loi de cause à effet. Si quelqu’un vous semble avoir de la chance, regardez-y à deux fois. Vous vous apercevrez peut-être que ce n’est pas uniquement la chance qui a déterminé son succès.
    2. Ne gaspiller pas votre énergie à rêver à la manière d’atteindre vos objectifs sans effort

 

Chapitre 3 : A bas vos peurs : place à la confiance

Les peurs sont produites par notre imagination et sont bien souvent d’ordre psychologique et leurs conséquences sont bien souvent bien moins désastreuses que nous pouvons le penser. La peur empêche les gens d’obtenir ce qu’ils souhaitent. Le meilleur remède pour soigner les peurs c’est l’action.  L’action permet de guérir la peur. L’auteur propose un petit exercice pour contrer les peurs.

1 – Isolez  vos peurs. Déterminer les causes de ces peurs.

2 – Mettez-vous en action. A chaque peur, il existe des actions correctives.

Rappelez-vous de vos victoires, de vos réalisations

L’auteur propose 5 exercices d’entraînement à la confiance en soi :

  1. Asseyez-vous au premier rang
  2. Regardez les gens dans les yeux. Le regard est révélateur et nous nous interrogeons lorsqu’une personne ne nous regarde pas dans les yeux
  3. Marchez plus vite, jetez les épaules en arrière, redressez la tête. Votre physiologie impactera vos pensées de manière positive.  
  4. Prenez la parole. Ne craignez pas d’avoir l’air bête. Exprimez-vous, c’est la vitamine de la confiance.
  5. Souriez largement. Essayez de vous sentir déprimé lorsque vous souriez ?

Je vous laisse faire vos propres avis sur ces astuces.

 

Chapitre 4 : Comment voir grand

Le point faible par excellence de la nature humaine est l’autodépréciation. Ce poison qui attaque nos pensées se manifeste de mille et une manières. Nous voyons une offre qui nous plait mais nous ne nous estimons pas compétent ou pas assez « .. » ainsi nous n’essayons même pas. Bien entendu, il ne faut pas être aveuglé par ses points forts et occulter ses points faibles. Il faut être conscient de ce que nous pouvons améliorer mais ne connaître que ces points négatifs n’est pas la solution et ne nous aide pas à avancer.

 

Voici quelques exercices pour vous aider à mieux vous connaître :  

1 – Recherchez vos 5 points forts : vous pouvez demander à quelqu’un d’objectif de vous aider. (Compétences, talents, expériences, instruction, personnalité, les attitudes

2 –  Inscrivez sous ces points forts le nom de 3 personnes que vous connaissez et qui ont réussi sans vos qualités.

Conclusion, vous êtes plus fort que vous ne le pensez. De plus, nous ne pensons pas sous forme de mots mais sous forme d’images, de représentations. Les images mentales que vous créez déterminent la manière dont les autres et vous-même réagissez. Pour voir grand nous devons employer des phrases qui créent des images mentales puissantes, fortes et positives.

 

4 méthodes pour acquérir le vocabulaire des esprits forts

  1. Employez des mots positifs et chaleureux
  2. Servez des mots favorables, chaleureux vibrants pour décrire les autres
  3. Encouragez les autres par vos paroles
  4. Présentez les choses aux autres en termes positifs

 

Les esprits forts voient les choses non pas comme elles sont mais comme elles pourraient être. La valeur que nous attribuons au monde est presque identique à celle que nous nous attribuons. Développez cette aptitude à voir les choses non comme elles sont mais comme elles pourraient être.

 

Cet exercice l’auteur le nomme « La valorisation pratique » :

  1. Valorisez les choses qui vous entourent. Cherchez des idées qui ajouteront de la valeur aux choses.
  2. Valoriser les êtres qui vous entourent. Plus vous avancez plus vous êtes amenés à multiplier vos contacts. Posez-vous cette question : Comment puis-je faire pour les valoriser ?
  3. Valorisez-vous. Demandez-vous : Comment puis-je faire pour augmenter ma propre valeur aujourd‘hui ?

Prenez la décision de voir ce qui compte réellement. Est-ce nécessaire que je me mette dans cet état ? Ne vous laissez pas aveugler par les détails

 

Chapitre 5 : Comment penser et rêver avec créativité

Qu’est ce que l’imagination créatrice ? Elle consiste à découvrir de meilleures méthodes d’action. Pour  cultiver et développer notre imagination créatrice nous devons :

Avoir foi dans nos chances de succès. C’est cette foi qui vous donnera le moyen de parvenir à vos souhaits. Lorsque vous pensez que c’est impossible votre esprit vous donne toutes les raisons imaginables pour appuyer votre sentiment. Croire que c’est possible ouvre la voie vers des solutions créatrices, penser le contraire c’est s’ouvrir aux pensées destructrices.

    1. Impossible est synonyme d’échec. Ce mot est à proscrire car il déclenche  un lot de pensées qui atteste ce que vous vous dites.
    2. Penser à quelque chose que vous avez toujours voulu faire mais à quoi vous avez renoncé. Dressez une liste des raisons que vous avez de vous sentir capable.

Pour l’auteur, la routine est le pire obstacle pour parvenir à une imagination créatrice et ainsi pour la combattre, il s’applique à une certaine méthode :

  1. Etre attentif aux idées nouvelles
  2. Faire de nouvelles expériences
  3. Aller de l’avant, s’y investir avec joie.

L’auteur propose un autre exercice de pensées créatrices. Celui-ci consiste à se poser quotidiennement une série de questions avant d’entamer son travail :

  1. Comment pourrais-je améliorer mon travail aujourd’hui ?
  2. Que puis-je faire pour stimuler mes employés ou  mes collaborateurs ?
  3. Quelle faveur spéciale puis-je faire à mes clients ?
  4. Comment puis-je devenir plus efficace ?

 

Nos capacités dépendent de nos dispositions d’esprit. Nous faisons ce que nous nous pensons capable de faire. Pour générer de nouvelles idées et les développer, utilisez votre entourage, encouragez-les à parler, testez vos propres opinions, intéressez-vous aux dires de votre interlocuteur.

Des nouvelles idées apparaissent tous les jours, nous devons leur prêter une attention particulière si nous voulons qu’elles prennent racine dans le monde réel.  Elles ont de la valeur et nous devons les stimuler. Elles sont fragiles, ce n’est pas rare d’avoir une idée géniale puis quelques heures plus tard nous nous rendons compte que nous sommes incapables de nous en souvenir.

  1. Notez-les. Ne les laisser pas vous échapper
  2. Passez-les en revue. Classez-les dans un dossier
  3. Cultivez et fertilisez vos idées. Faites les croitre, pensez-y. Lisez tout ce qui se rapproche de près ou de loin de votre sujet de prédilection.

Une idée prend davantage d’envergure lorsque nous la couchons sur le papier.  Nous pouvons la regarder avec davantage d’attention et ainsi voir ses points faibles.

 

Chapitre 6 : Vous êtes à l’image de vos pensées

Les autres voient en nous ce que nous pensons être. Celui qui s’estime à la hauteur de la tâche l’est assurément. Votre pensée détermine vos actions et elles déterminent les réactions des autres.

L’apparence impacte directement nos pensées. De plus, l’apparence est le premier critère de jugement. Ne vous y trompez pas, votre présentation en dit long sur vous. Votre apparence vous parle et parle de vous. Assurez-vous que ce qu’elle dit soit à votre avantage.

Votre façon de percevoir votre travail en dit long sur vos possibilités d’avancement. Il y a une étroite corrélation entre l’estime que l’on a pour son travail et la qualité de ce même travail.

Pour résumer ce chapitre, l’auteur conclut avec 4 points à respecter pour diriger ses pensées.

  1. Ayez l’air important. Ca vous aidera à vous sentir important.
  2. Considérez votre travail comme important.
  3. Donnez-vous des messages d’encouragement
  4. Dans toutes les situations demandez-vous que ferait une personne « importante » à votre place ?

 

Chapitre 7 : Contrôlez votre environnement : vivez en première classe

L’esprit est à l’image de votre environnement. Nous sommes le produit de notre milieu. Une chose à ne pas oublier : les gens qui vous découragent sont presque toujours des gens qui n’ont pas réussi, des gens dont les réalisations sont moyennes ou médiocres. Leurs opinions ressemblent à du poison.

Soyez vigilant d’appartenir au groupe qui pense juste et pour cela :

  • Faites de nouvelles activités, élargissez votre cercle social
  • Participez à de nouveaux groupes
  • Liez-vous d’amitié avec des gens qui sont au-dessus des mesquineries

Autorisez-vous à vous entourer de personnes positives, votre santé mentale en dépend.

 

Chapitre 8 : Faites de vos attitudes vos alliées

Notre attitude en dit long sur nos pensées, quoique nous fassions notre corps trahit ce que nous pensons. Nos attitudes sont le miroir de nos pensées.

De plus si vous souhaitez stimuler les autres, il faut être capable de se stimuler soit même. Une personne qui manque d’enthousiasme ne peut insuffler aux autres de l’enthousiasme.

Voici quelques astuces pour développer son enthousiasme :

  • Montrez-vous curieux. Approfondissez des sujets qui vous tiennent à cœur.
  • Mettez de la vie dans ce que vous faites
  • Soyez la personne qui annonce de bonnes nouvelles

 

Chapitre 9 : Adoptez la juste attitude à l’égard des autres

Un point essentiel : la réussite repose sur l’appui des autres. De ce constat que pouvons-nous faire pour obtenir l’appui des personnes qui nous entourent ?

  1. Reconnaître que personne n’est parfait
  2. Admettre le droit à la différence
  3. Ne pas essayer de reformer l’univers

Votre réaction face à l’échec détermine le temps qu’il vous faudra pour connaître la réussite.

 

Chapitre 10 : Prenez l’habitude d’agir

L’auteur distingue deux types de personnes les « Activistes » et les « Passivistes ». Les « passivistes » attendent les conditions idéales pour se lancer pleinement dans un projet à contrario les activistes eux savent qu’il n’y a pas de condition optimale.

 

Quoiqu’il arrive attendez-vous à des obstacles et aux difficultés. Réglez les problèmes à mesure qu’ils se présentent. Nous ne pouvons nous immuniser contre tous les problèmes

Vos projets naissent de vos idées. Ces projets prennent forme dans votre imaginaire avant de prendre racine dans la vie réelle. Une idée non exploitée est source de tourment alors que la mise en pratique produit beaucoup de satisfactions Pour vaincre vos peurs, le remède le plus efficace reste l’action. Si vous remettez à demain, il vous sera de plus en plus difficile de vous mettre en action. Il faut embrayer l’esprit pour qu’il soit productif. Lors de la mise en place de vos projets vous aurez toujours mille et une raisons de vous échapper mais restez vigilant sur la nature de ces raisons.

 

Chapitre 11 : Comment transformer l’échec en victoire

L’échec n’est qu’un état d’esprit. Au lieu de vous en prendre à la chance pour expliquer le succès d’une personne, regardez dans son passé, elle a sûrement dû surmonter des obstacles difficiles.Toutes les personnes qui ont connu un grand succès ont eu des moments difficiles, d’échecs. Il est pratiquement impossible de connaître le succès sans faire face à des résistances, des revers. Toutefois, on peut s’appuyer sur eux pour avancer. 

Dites vous qu’il y a toujours un moyen  (ne perdez pas confiance). Lorsque c’est nécessaire, il est parfois bon de prendre du recul pour repartir du bon pied

 

Chapitre 12 : Fixez-vous des objectifs pour progresser

Un but est un objectif à atteindre. C’est bien plus qu’un rêve à atteindre : un rêve c’est mise une œuvre.  Aucune personne n’a atteint le succès sans l’avoir préparé et sans s’être fixé des buts.

Avoir une idée de ce que l’on veut dans 10 ans dans le domaine professionnel, social, domestique nous permet de prendre des décisions et d’avoir une influence sur notre monde. Tous objectifs, tous progrès doivent d’abord être visualisés.

Qu’est ce que je veux être dans 10 ans ? Notez ce que vous voulez accomplir dans les 10 prochaines années dans ces domaines, soyez précis :

  1. Au niveau professionnel :
    1. Quel revenu ?
    2. Quel niveau de responsabilités ?
    3. Quelle autorité voudrais-je exercer ?
    4. Quel type de prestige je désire ?
  2. Au niveau familial :
    1. Quel niveau de vie ai-je le désir d’assurer ?
    2. Quelle sorte de maison je veux ?
    3. Quelle mode de vie je souhaite avoir ?
  3. Ma vie sociale : 
    1. Quel type d’amis je veux ?
    2. A quel type d’association je désire adhérer ?
    3. Quelles responsabilités voudrais-je assumer ?
    4. Quelles grandes causes ai-je l’ambition de défendre ?

 

Dans toute réalisation d’objectifs, il existe des poisons mentaux. Voici 5 d’entre eux. :

  • L’auto-dépréciation
  • L’obsession de la sécurité. Mon emploi est sûr pourquoi changer ? pourquoi prendre tant de risques ?
  • La concurrence. Ce domaine est surchargé, il y a trop de concurrences.
  • L’opinion des parents
  • Les responsabilités parentales

Pour détruire ce poison, une des solutions est de faire ce que vous désirez réellement. Il n’est jamais trop tard pour faire ce que vous voulez. Pour obtenir des résultats fixez-vous des objectifs. Tout progrès est fait d’une multitude de petits progrès. Rapprochez-vous de votre objectif final en accomplissant la prochaine tâche aussi petite soit-elle. Posez-vous cette question :

  • Est ce que ce que je fais me permet de me rapprocher de mon objectif final ?

Si vous voulez investir, la chose la plus fructueuse que vous pouvez faire, c’est d’investir sur vous-même. L’auto-placement est le placement le plus rentable. Celui–ci augmentera vos capacités mentales. Un diplôme assure un emploi mais pas une promotion. Ce qui s’appelle instruction est tout ce qui permet  d’améliorer la qualité de notre pensée, notre aptitude à réfléchir.

 

Chapitre 13 : Comment  penser comme un leader

La valeur d’une personne n’est jamais mieux mesurée  que par la grandeur de ses rêves.

Pour devenir un leader l’auteur énonce ces principes à suivre :

  1. Mettez-vous à la place des personnes qui vous entourent. Posez-vous la question, qu’est ce que je ferai si j’étais à sa place ?
  2. Soyez « humain » dans vos rapports aux autres. Montrez par vos actions que vous accordez la priorité aux gens.
  3. Penser toujours à améliorer vos façons de faire.
  4. Réservez-vous du temps pour méditer. Une solitude choisie apporte  des solutions à vos problèmes.

Si vous souhaitez plus de commentaires sur ce livre cliquez ici

Pour acheter “La magie de voir grand” sur Amazon

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *