Mon Défi - Lire 25 livres sur le mental

L’art de la méditation – Livre# 9/25

méditationL’art de la méditation

Matthieu Ricard né en 1946, d’un père docteur en biologie moléculaire nommé Jean-François Revel. Il décide d’abandonner sa brillante carrière scientifique au profit du bouddhisme qu’il a découvert dans les années 1960. C’est seulement en 1978 qu’il est ordonné moine, au fur et à mesure, il est devenu un des spécialistes mondiaux du bouddhisme. Depuis plusieurs années, il accompagne le dalaï-lama dans ses voyages en qualité d’interprète.

Matthieu Ricard, 2008, p135.

Introduction 

L’auteur a décidé d’écrire cet ouvrage suite à ses nombreux voyages on lui demandait sans cesse comment pratiquer la méditation. Afin de permettre à chacun d’avoir accès aux sources les plus authentiques du bouddhisme, issues d’une tradition deux fois millénaires, Il se lance dans l’écriture de ce livre.

Chapitre 1 : Pourquoi faire de la méditation ?

Avant de parler de la méditation, Matthieu Ricard s’interroge sur la capacité de l’être humain à changer, à évoluer ? Sommes-nous capables de transformer nos automatismes, habitudes, comportements ? Si ce n’est pas le cas à quoi bon s’exercer à modifier sa représentation du monde ?

Mais la réponse à ces questions est oui !

Nous pouvons transformer notre esprit, il serait dommage de sous-estimer nos capacités. L’auteur nous fait remarquer que nous passons beaucoup de temps à essayer d’améliorer les conditions extérieures à notre bonheur. Nous apprenons à sculpter notre corps, nous courons après une promotion, une belle maison mais nous oublions une chose, au final, c’est toujours notre esprit qui fait l’expérience de notre vie. Pour quelles raisons, vous ne prenez pas le temps de l’entraîner ?

Des études américaines ont prouvé que les sujets pratiquant de nombreuses heures de méditation étaient capable de maintenir une vigilance pure de 45 minutes en moyenne contre 5 à 10 minutes pour les personnes sans pratique assidue. De plus, la méditation, contribue à diminuer le stress, l’anxiété, le sentiment de colère.

En somme, la méditation a pour objectif de cultiver certaines qualités humaines afin de transformer notre expérience du monde. Ceci se traduit par le développement d’une vision claire de soi et du monde (passer outre ses représentations mentales) et cultiver des qualités que nous possédons tous.

 

Chapitre 2 : Sur quoi pratiquer la méditation ?

La méditation a pour objectif d’acquérir une vue claire de nos schémas de pensée pour y parvenir nous devons aiguiser notre attention. Le développement de l’attention est la clé pour se libérer de nos chaînes mentales.

Le sujet de la méditation est l’esprit

L’auteur nous met en garde avec quelques pré-requis concernant la pratique de la méditation : cela demande enthousiasme et persévérance.

Les sages comparent souvent l’esprit humain à un singe turbulent qui s’agite tellement qu’il se retrouve emmêlait dans ses propres chaînes. Pour développer une vue claire nous devons pacifier notre mental, calmer le tourbillon de pensée émanant de notre cerveau. La pratique de la méditation est de prendre le contrôle de son esprit, de ne plus être soumis à nos pulsions mais d’en avoir conscience et de choisir délibérément d’y répondre ou non. Etre libre, ce n’est pas faire tout ce qui nous passe par la tête mais c’est se libérer des obscurcissement de l’esprit.

 

Chapitre 3 : Comment méditer ?

La pratique de la méditation nécessite quelques pré-requis :

  • Tout d’abord choisissez un lieu calme, reposant.
  • Deuxièmement adoptez une posture appropriée.

Voici, les 7 points clés pour une bonne posture :

  1. Les jambes sont croisées « posture du lotus » ou demi-lotus si c’est trop difficile.
  2. Les deux mains sont posées à plat sur les genoux, paumes vers le bas.
  3. Les épaules sont légèrement vers le bas.
  4. La colonne vertébrale est bien droite.
  5. Le menton est rentré contre la gorge légèrement.
  6. La pointe de la langue touche le haut du palais.
  7. Regard est dirigé droit devant soi dans le prolongement du nez

Quelques recommandations avant d’aller plus loin :

  1. L’assiduité est indispensable rien ne sert de méditer 2 heures et de ne plus pratiquer pendant un mois. Allez-y progressivement, c’est la régularité qui prime.
  2.  Les obstacles dans la pratique de la méditation sont nombreux, il faut trouver le juste milieu entre paresse, torpeur et son contraire l’agitation mentale, l’effort excessif. La distraction apparaît comme le dénominateur à tous les pratiquants, nous avons tous été victimes dans des mesures différentes de cet esprit indiscipliné ! Pour vaincre cet état, il est nécessaire d’adopter une posture souple et tonique et si nécessaire raviver l’attention en ayant pleinement conscience de l’instant présent.

L’objectif est d’être pleinement conscient de ce que nous vivons dans l’instant présent, de ce qui surgit en soi et autour de soi. Cultiver la pleine conscience signifie vivre de façon lucide l’expérience actuelle. L’esprit doit se libérer de son ignorance comment peut-il faire s’il ne tient pas en place ? La premiere étape est de pacifier le mental et le rendre attentif à ce qui s’élève en lui. Rendre l’esprit clair et attentif est la première étape pour cultiver d’autres qualités mentales.

Pour parvenir à cet objectif le bouddhisme enseigne deux méthodes. Elles se pratiquent de façon graduelle, la pratique du Shamatha permet de développer la stabilité de l’attention et le Vipashyana qui s’intéresse à nos représentations tronquées de la réalité. Il faut combiner ses deux méthodes ensemble. Pratiquer l’une sans l’autre n’a pas d’intérêt. 

  1. Shamatha appelé « Le calme mental » : consiste à aiguiser le pouvoir de notre concentration en se focalisant sur un objet en prenant par exemple le va et vient de notre souffle pour apaiser le tourbillon de pensées auquel nous sommes soumis. Cette pratique se déroule en 3 étapes indispensables:
    1. Tourner l’attention vers un objet choisi (le va et vient du souffle ou un objet)
    2. Maintenir l’attention sur cet objet
    3. Etre conscient de ce qui le caractérise
  2. Vipashyana appelé « La vision pénétrante » : s’intéresse à la nature de l’esprit et des phénomènes afin de débusquer les émotions perturbatrices. La vision pénétrante a  pour objectif de faire voler en éclat notre perception faussée de la réalité. Il nous est tous arrivé de trouver une personne désirable ou totalement insupportable. Réfléchir, méditer sur la nature des phénomènes c’est à dire leur impermanence, et leur caractère interdépendant permet de mettre à mal nos représentations mentales  .

Ces deux méthodes s’imbriquent ensemble, elles sont indissociables pour une bonne pratique.

1 – Le Shamatha : Comment acquérir le calme mental ?

            Pour acquérir le calme mental, l’auteur nous propose deux méthodes, la concentration sur un objet et sans objet, voyons de plus près les caractéristiques de chaque méthode.

  •  La concentration sur un objet :  comme vu précédemment, il y a différentes façons pour stabiliser l’attention notamment l’utilisation du va et vient du souffle mais nous pouvons également avoir recours à d’autre objet. On peut choisir un objet extérieur comme un caillou, un stylo ou une image construite. L’idée est de ramener l’esprit à l’objet dés qu’il divague. L’exercice consiste à fixer l’objet puis à fermer et de maintenir son esprit sur la représentation mentale de l’objet.
  • La concentration sans objet : A première vue, il peut apparaître plus simple de pratiquer la méditation sans objet qu’avec objet et pourtant il est bien plus difficile de se concentrer sans objet. La raison vient du fait que ne penser à rien ou laisser vagabonder son esprit sans construction mentale est très difficile.

2 – Vipashyana : Comment acquérir la vision pénétrante ?

L’auteur nous invite à méditer sur différentes thématiques, ici je vais évoquer quelques une d’entre elles afin de faire tomber nos représentations mentales.

Il nous invite à réfléchir sur la valeur inestimable de la vie humaine et sur sa brièveté. Arrêtons de croire que nous avons toute la vie devant nous, arrêtez de vous duper par cette illusion. Le temps passe, peu importe que vous soyez prêt ou non à affronter les difficultés, elles arrivent un point c’est tout. Prendre conscience de la fragilité de sa vie, permet d’éviter de divaguer dans des distractions futiles. Réfléchir sur la nature éphémère des phénomènes nous évite de nous accrocher aux choses comme si elles étaient éternelles.

La méditation sur l’Amour altruiste le sentiment exacerbé de soi ne crée que des tourments en réalité pour l’esprit. De manière générale ce sont des pensées moins nobles que l’amour altruiste qui apparaissent dans notre esprit. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de cultiver cette attitude. Les textes bouddhistes nous invitent les lecteurs à pratiquer sans limite l’amour altruiste, la compassion, la joie devant le bonheur d’autrui et l’impartialité.

Un sublime échange : l’auteur évoque une méthode pour ouvrir notre cœur lorsque nous sommes aux prises d’une profonde souffrance, il s’agit de par la respiration d’échanger notre bonheur contre la souffrance d’autrui. Les différentes expériences ont démontré que lorsque nous assumons, transformons la souffrance d’autrui par la compassion cela ne crée pas davantage de problème mais au contraire notre propre souffrance se dissipe. La compassion et l’amour altruiste sont de profond antidotes à nos tourments.

Apaiser la douleur physique, la méditation apparait comme un moyen d’y contribuer. Dans cette optique, le bouddhisme enseigne 4 méthodes par la méditation pour apaiser les douleurs:

  1. La première a pour vocation d’observer la douleur sans l’interpréter.
  2. La seconde fait appel à la visualisation.
  3. La troisième nous invite à transformer la douleur en s’éveillant à l’amour et la compassion.
  4. La dernière consiste à examiner la nature de la souffrance.

Mieux comprendre la réalité :  nous avons l’habitude de donner des caractéristiques propres aux choses qui nous entourent. Elles nous apparaissent comme  bonnes ou mauvaises et indépendantes les unes des autres. Ce réflexe nous apporte un attachement  à ce que nous ressentons, ceci est la cause de notre souffrance. Le bouddhisme appelle cette méprise, l’ignorance. Ce qu’il nous dit ici c’est que les phénomènes n’ont pas d’existence propre de façon autonome mais sont dépendants d’un ensemble de circonstances et sont de nature impermanente.

Gérer les pensées et les émotions : ce bouddhisme a pour but de se débarrasser des perturbations mentales telles que la haine, la jalousie et développer des sentiments de compassion, d’amour altruiste. Alors pourquoi ne pas s’attarder à cette pratique ? L’accumulation et l’enchaînement de nos pensées et émotions forment nos humeurs et à plus long terme nos traits de caractère. Apprendre à gérer ses émotions jours après jours permet de transformer notre façon d’être. L’auteur nous interpelle sur le désir et son rôle essentiel dans la réalisation de nos aspirations. En soi, le désir n’est ni bien ni mauvais mais c’est l’influence qu’il exerce qui le rend inspirant ou empoissonnant.

Cessons de nous identifier à nos émotions : Une autre manière de faire face aux émotions perturbatrices consiste à se dissocier mentalement de l’émotion qui nous afflige. Habituellement, nous nous identifions à nos pensées, lorsqu’elles surgissent nous ne faisons qu’un avec elles. Il faut prendre conscience que nous ne sommes pas nos pensées, les inspecter et prendre du recul permet d’y répondre ou non.

Conclusion :

Excellent livre qui donne de bonnes bases pour s’initier à la méditation, en tant que novice j’ai beaucoup apprécié la lecture. Suite à ça, je vais me lancer un défi 30 jours de méditation, je vous ferai un feedback sur mon ressenti général de cette expérience. Mon défi commence maintenant aujourd’hui ! 🙂 

Points forts :

  • Il explique les raisons et la méthode pour pratiquer la méditation, ce qui en faite un excellent ouvrage pour s’initier à cette pratique.
  • De nombreuses méditations sont proposées sur des thèmes divers pour résoudre ses propres difficultés.
  • Les thèmes s’enchainent et sont abordés de façon permettant l’intégration des concepts en suivant ce schéma suivant : explication, texte inspirant et exercice.
  • Table des matières pour retrouver facilement les textes inspirants et les exercices de méditation.

Points faibles :

  • Le vocabulaire peut paraître obscur pour les non-initiés.
  • La lecture m’a paru assez monotone parce que c’est un livre pédagogique. On le pose puis on le reprend, ne se lit pas d’une traite.

 

Si vous souhaitez plus de commentaires sur ce livre cliquez ici

Pour acheter “L’art de la méditation” sur Amazo

 

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 13
  •  
  •  

3 thoughts on “L’art de la méditation – Livre# 9/25

  1. Hello Thibault, merci pour ce résumé !
    Personnellement, j’ai commencé la méditation avec des applications et je continue aujourd’hui de pratiquer avec Petit Bambou. Toutefois je ne me suis pas encore lancé dans la lecture de livre pour rentrer plus en détails sur les bienfaits et différentes techniques. A te lire, ca me donne bien envie, j’ajoute ca à ma liste de lecture !

    J’vois que t’aime bien les défis, fais un tour par chez moi, t’y trouveras peut être de quoi enrichir ta route ! https://tondefi.com

    D’ailleurs, ou en es tu dans ce défi des 30 jours ? 🙂

    En te souhaitant une excellente journée,
    Au plaisir,
    Kevin

    1. Bonjour Kevin,
      J’ai entendu parler de cette application en bien, si tu fais un article dessus je le lirais avec plaisir! 🙂
      Merci de me relancer à ce sujet. J’ai pas encore fais d’article sur ce défi, je le ferai bientôt sous forme de vidéo quand je serai plus à l’aise avec ce type de format !

      Au plaisir également, j’ajoute ton site à mon compte feedly 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.