Mon Défi - Lire 25 livres sur le mental

Une mémoire infaillible – Livre #1/25

 

Une mémoire infaillible

Chronique et résumé de “Une Mémoire infaillible : Briller en société sans sortir son smartphone” : Sébastien Martinez, champion de France de la mémorisation, nous livre toutes les astuces pour briller en société sans l’aide de son smartphone. Un livre à consommer sans modération ! 🙂

Par Sébastien Martinez, 153 pages, 2016

 

L’auteur  : 

Sébastien Martinez, ingénieur et champion de France de mémoire. C’est en 2009, qu’il découvre les championnats du monde de mémoire et les premières stratégies. 7 ans plus tard et de nombreuses heures de pratique, il devient champion de France de mémoire (2015). L’auteur, nous livre ici les stratégies et astuces pour développer sa mémoire.

 

Introduction

Vous vous demandez pourquoi ceux qui parlent 5 langues en maitrisent souvent 6 ? Pourquoi ceux qui en font déjà le plus trouvent le temps d’en faire davantage ? Plus vous apprenez, plus vous disposez de moyens d’apprendre, les informations s’accrochent entre elles. Les méthodes évoquées dans ce livre sont terriblement efficaces et permettent de mettre en échec cette fameuse courbe de l’oubli. Avouons-le, nous somme terriblement efficace pour oublier, 18 petites secondes et hop nous avons oublié le numéro de téléphone qui était sous nos yeux.

Chapitre 1 : La méthode SEL

3 grands principes à respecter pour avoir une mémoire infaillible :
– Classification des données (utile pour comprendre l’information)
– La répétition des informations apprises.
– Donner du sens à une suite qui, a priori, n’en a pas.

Nous allons nous pencher sur le troisième point. Donner du sens à une suite qui au premier abord n’en a pas.

S comme « Sens » = Faites appel à vos sens
Maintenant, plongez-vous dans un événement qui c’est produit hier. Fermez les yeux ! Comment était le ciel ? Qu’entendez-vous autour de vous ? Que ressentez-vous ? Y a t’il du vent ou ressentez-vous la chaleur du soleil sur votre peau ? Cet exercice donne de la puissance à votre souvenir. Faite de même pour mémoriser une information.

E comme « Enfance » = Faites appel à votre imagination
Soyez créatif lorsque vous imaginez une histoire. Plus l’histoire sort de l’ordinaire plus elle marquera votre esprit donc soyez imaginatif. Remémorez-vous vos histoires d’enfants ? N’était elle pas loufoque, pleine de rebondissement et joyeuse ? Faites de même.

L comme Lien = Donner du lien aux informations
Il faut que chaque information se tienne et doit appeler une autre au fil de la narration. Maintenant étudions comment ces 3 astuces peuvent s’imbriquer.

 

Chapitre 2 : La mémoire est dans le SAC

La Méthode SEL est la base de la mémorisation. C’est un maillon fondamental pour mémoriser des éléments concrets. Par ailleurs, les méthodes de mémorisation ne valent rien si le travail de compréhension n’a pas été fait en amont.

Stop à la méthode du Matraquage 

Les étudiants actuels utilisent une méthode d’apprentissage celle du matraquage qui consiste à fixer une feuille blanche puis à fermer les yeux et à essayer de s’en souvenir  ainsi de suite jusqu’a ce que ça rentre !

La méthode SAC est un approfondissement de la méthode SEL. Il faut avoir en tête les éléments de la méthode SEL pour pratiquer la méthode SAC.

Une méthode en 3 étapes

S comme « Sélection » : Choisissez méthodiquement les informations que vous souhaitez enregistrer. Tout d’abord commencez par sélectionner deux informations que vous voulez associer. Vous les avez ?

Prenons un exemple : Une capitale et pays, nous allons les associer définitivement dans notre tête.

1. Exemple #1 : Helsinki et la Finlande

A comme « Association » : Maintenant que vous avez choisi les informations que vous voulez associer, il faut donner vie à ces personnes ou éléments en respect de la méthode SEL (utilisez vos sens, soyez créatif et ajouter un lien entre les éléments).

1. Il s’agit de rendre familière une information qui nous est étrangère au premier abord :

  • Pour Finlande on peut associer cela à « Une fille qui tire la langue ».
  • Pour Helsinki on peut l’associer à « Elle, c’est qui »

C comme « Connexion » : Maintenant que vous avez donné vie à ces personnages il faut créer une connexion, un lien entre ces deux personnages inventés.

1. Maintenant à nous de créer une petite scène pour mettre en place la connexion :

  • « Une jeune fille à la mine boudeuse entrain de tirer la langue, un des hommes interloqués, demande à son compagnon mais : Elle, c’est qui»

Les sources d’échecs

  1. Il faut prendre le temps de progresser pas à pas.
  2. Si aucun indice ne surgit à la premier lecture des éléments que vous voulez associer pas de panique avec de l’entrainement les idées apparaitront.
  3. Utilisez vos associations non celles des autres, elles auront beaucoup d’impact sur votre capacité à mémoriser.
  4. Faites appel à la synesthésie. Travailler sur vos 5 sens afin que la connexion prenne toute sa dimension. Prenez le temps de sentir, d’entendre, de gouter tous les détails de l’histoire.

 

Chapitre 3 : Bienvenue dans votre palais de la mémoire

 

Le palais de la mémoire a différents noms ; méthode des lieux, chambre romaine, méthode des Loci ou encore route mémorielle autant d’appellations pour définir une même méthode. C’est la technique utilisée par la majorité des athlètes de la mémoire, son principe est simple, il s’agit de créer une mémoire dite artificielle en utilisant des lieux connus dans lequel on va disposer des informations. Cette méthode se base sur la disposition géographique.

Voici un petit exemple : Que fait selon vous ensemble la liste des prix nobel français de littérature et le plan d’une maison ? Au premier abord pas grand chose et pourtant.

L’idée est de stocker cette liste de prix de Nobel dans une maison. Vous avez deux options soit vous utilisez le schéma ci-dessous soit vous utilisez votre propre imagination pour créer votre maison.

 

  1. Sully Prudhomme (1901)
  2. Frédéric Mistral (1904)
  3. Romain Rolland (1915)
  4. Anatole France (1921)
  5. Henri Bergson (1927)
  6. Roger Martin Du Gard (1937)
  7. André Gide (1947)
  8. François Mauriac (1952)
  9. Albert Camus (1957)
  10. Saint-John Perse (1960)
  11. Jean-Paul Sartre (1964)
  12. Claude Simon (1985)
  13. Gao Xingjian (2000)
  14. Jean-Marie Le Clézio (2008)
  15. Patrick Modiano (2014)

Maintenant, il faut créer 15 points d’arrêts dans cette maison en les numérotants. Prêt pour la visite ? 🙂

Le point de départ se fera à l’entrée de la porte (1), puis à l’étagère à gauche (2), le miroir (3), le fauteuil (4), le canapé (5), la lampe (6), la table basse (7), le bar (8), l’évier(9), le lave-vaisselle (10), le four (11), la cafetière (12), le tableau (13), la porte-fenêtre (14), et la table (15).

Maintenant arrêtez-vous, fermez les yeux et visualisez le parcours. Cette maison semble bien trop calme, pas d’inquiétude cela va bientôt changer ! 🙂

A présent, l’idée est d’associer un lieu à chaque écrivain puis une action qui évoque son nom.

Extrait du livre “Mémoire infaillible”: Vous vous trouvez devant  la porte d’entrée (1) où se trouve un homme rugissant : il vient d’être licencié et s’apprête à trainer son employeur au prud’homme. En s’avançant vers le salon, on passe devant une étagère (2). Le mur est percé et l’on sent un vent puissant le mistral, s’y engouffrer. Dans le miroir (3) se reflète un match de tennis se déroulant sur un court de Roland-Garros ; les joueurs sont habillés en gladiateur romains. Sur le fauteuil (4) est planté un drapeau français, qui perce le cuir ; le rembourrage dépasse un peu.Un homme est avachi sur le canapé (5). Il mange une barre au son d’avoine qui a l’air répugnante. “Beurg le son!“, hurle-t-il. 

Et ainsi de suite, pour la suite, je vous laisse imaginer le scénario.

Les conseils de Sébastien Martinez :

  • De préférence utiliser un lieu que vous connaissez (maison de vos grand-parents, de votre enfance, votre bureau, le square à côté de chez vous).
  • Utiliser tous vos sens lors de votre visite.
    • Quelle est l’odeur de la pièce ?
    • Quelle est la texture de la poignée ? Rugueuse ou plutôt douce ?
    • Qu’entendez-vous  ? Le vent ? Des oiseaux ?
    • Que voyez-vous ? Un pot de fleur ? Un paillasson ?
    • Que ressentez-vous ?
  • Soyez  mémorable, absurde et impressionnant. Cela permet à la mémoire à long terme de se fixer.
  • Soyez dans le détail, la précision.
  • Et surtout entrainez-vous.

 

Chapitre 4 : Créez votre propre langage

 

A priori les chiffres trouvent peu d’écho dans notre imaginaire.  Quoi de plus abstrait qu’un chiffre ? Pourtant, il existe une méthode puissante pour apprendre une longue liste de chiffres ou de nombres, il s’agit du “Major Système” ou  “Grand Système”.  Ce système a été inventé par le mathématicien Pierre Hérigone (1580-1644) et formalisé dans cette forme par Aimé Paris (1798-1866).

Le principe consiste à associer un chiffre ou un nombre à une image :

  • Le O correspond au son “z” ou  “s”.
  • Le 1, au “t” ou “d”. Ils ont la verticale en commun. 
  • Le 2, au “n”, qui a deux jambes.
  • Le 3, au “m”, qui en a trois.
  • Le 4, au “r”, consonne principale de “quatre”.
  • Le 5, au “L”, soit la lettre formée par les cinq doigts de la main.
  • Le 6, aux sons”j”,”ge” ou “ch” : le 6 en miroir
  • Le 7, aux sons “k” ou “gu”, la K7 vous aidera à le retenir.
  • Le 8, aux sons “f” ou “v”. Les boucles du huit et du “f” ne sont -elles  pas similaires ?
  • Le 9, aux sons “p” ou “b”, soit le “p” en miroir.

 

Voir schéma ci-dessous pour vous aider :

 

Une fois que vous connaissez  cet alphabet, maintenant il vous faut transformer les chiffres en mot. Par exemple : 14 = Taureau / 11 = Tête / 28  =Navet / 81 = FêteUne fois votre alphabet créé, ces chiffres barbares n’auront plus de secret et vous pourrez mémoriser avec facilité votre code de carte bleue, code d’entrée d’immeuble, numéro de téléphone ou encore date d’anniversaire. 🙂

Dans ce livre, l’auteur nous présente 5 autres langages pour apprendre rapidement les images abstraites, les kanji japonais, les lettres, chiffres binaires et les jeux de cartes. Pour les curieux, je vous invite à vous procurer le livre.

 

Chapitre 5 : Vers une mémoire infinie

 

Vous disposez des astuces pour devenir un champion de la mémoire. A vous de les utiliser dans l’ordre que vous voulez. L’objectif de ce chapitre est de vous inciter à personnaliser ce que vous avez appris, utilisez vos propres associations, images, histoires, elles seront bien plus percutante dans votre imaginaire. L’essentiel est de se sentir en confiance.

Plus on connait de sujets, plus il est facile d’en découvrir de nouveaux”

Apprendre des langues :

  1. Retenir le genre  : L’anglais n’est pas concerné par cette problématique mais dans d’autres langues nous peinons à retenir le genre d’un mot. L’astuce consiste à  associer les mots féminins à une femme et les mots masculins à un homme. La deuxième option consiste à créer deux lieux différents pour stocker les mots féminins et de l’autres les vocables masculins.

Maitriser la géographie :

  1. Etez-vous capable de placer les noms des pays européens sur une carte vierge de l’Europe ? Si ce n’est pas le cas, vous allez devoir lire la suite.
    1. A quelle forme vous font penser la Croatie, l’Islande ou encore la Roumanie ?
      1. La Croatie à une gueule de crocodile ou à un bec, l’Islande à un sous-marin ou à une baleine, la Roumanie à un poisson.
      2. Maintenant donnons vie à ces mots, la Croatie vous fait penser à “croasser”. Fusionnons les deux mots et imaginons un crocodile entrain de croasser.
    2. Utilisons cette stratégie entre plusieurs pays afin de créer une histoire.
      1. On peux imaginer que “la France et Hulk (Ukraine) se livrent à un tir à la corde. La France sur de perdre, sort son couteau suisse et commence à couper la corde. L’arbitre une autruche (Autriche), le voit. En guise de pénalité, la France doit danser un Slow Avec qui (Slovaquie) Hulk”.

Au cours de ce chapitre, l’auteur nous prouve que ces méthodes sont applicables à tous les domaines, tout est mémorisable avec un peu d’exercice. Vous trouverez dans l’ouvrage de nombreuses astuces et conseils pour mémoriser les départements français, le tableau périodique des éléments, les os du corps humain ou encore l’art d’apprendre un texte.

Chapitre 6 : Oubliez d’oublier

 

Il y existe 4 types de méthode de révision ou de consolidation pour obtenir une mémoire infaillible :

  • La première est la technique dite “libre”, il s’agit de restituer les informations sans aucun support. C’est la méthode la plus efficace.
  • La deuxième fait appel à des “indices”. Elle consiste à poser des questions qui mettent sur la bonne voie.
  • La troisième est dite de “reconnaissance”. Il s’agit de répondre à un QCM.
  • La quatrième est la simple “relecture”, qui est la méthode la moins efficace.

Les flash cards, un outil spécifique :

Il s’agit d’écrire sur une petite fiche cartonnée, d’un côté la question et de l’autre le réponse, à la manière d’un quizz.

Faire des pauses quand on sent qu’on en a besoin :

Faire des pauses ! oui, mais à quel intervalle ?

L’idée est de travailler entre 20 et 50 minutes (selon les personnalités) puis de s’accorder une pause de 5 minutes. Pourquoi faire autant de pause ? L’objectif est de quitter notre bureau juste avant que notre courbe d’attention commence à chuter. Ainsi, vous aurez davantage d’énergie pour vous remettre à l’ouvrage. Ce rythme permet de garder son enthousiasme intact.

Si vous quittez votre bureau alors que vous sentez au plus mal, vous aurez une expérience négative. Tous les arguments iront bon train pour éviter de vous remettre à la tâche.

Apprendre à Apprendre :

Les 4 grandes phases de la mémoire :

  • La motivation
  • La compréhension
  • La mémorisation
  • L’ancrage

 

Conclusion : Un art de l’attention

 

Le voyage dans l’univers de la mémoire prend fin mais pour vous lecteur il ne fait que commencer. L’ambition de l’auteur sera comblée si nous avons retenu deux points:

  • Mémoriser, c’est créer du lien.
  • Personne ne nait mnémoniste mais c’est le fruit de l’entrainement.

Nous sommes dans une ére de l’information, du multitasking et de la surconnexion. A tout les instants nous pouvons être dérangé par la sonnerie de notre téléphone, la sonnerie de nos e-mails, notre concentration est mise à rude épreuve. L’art de la mémoire est un art de l’attention. C’est cela , qu’il est urgent d’enseigner.

A vous de jouer ! 🙂

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *