Articles

Steve Prefontaine, la première star du running

Figure emblématique du running au Etats-Unis, un visage et une histoire peu connus en Europe pour la première star du running. Steve Prefontaine surnommé “Pre” plane toujours sur le monde du running et ce même 42 ans après sa tragique disparition.

Steve Prefontaine

Steve Prefontaine lors du 3000 mètres de l’Oregon en 1972

 

Steve Prefontaine naît le 25 janvier 1951 dans l’Oregon d’un père charpentier et d’une mère couturière. Le jeune steve hyperactif essaya différentes pratiques sportives comme le football et le basket pour canaliser son énergie. Habitué à être dans l’ombre de ses coéquipiers et le plus souvent sur le banc de touche, il trouva entière satisfaction dans la pratique de la course à pied. Cette fois les choses sont différentes, son objectif est à présent dedevenir number one”. Il fait de la course à pied son leitmotiv qu’il ritualise en pratique quotidienne de 6 à 12 km par jour à une allure de 16 km/h.

Il électrise les foules lors de ses courses par son style unique se résumant par prendre les avants postes des le début et à ne plus le lâcher à l’entraînement comme en compétition. C’est à l’automne 1969, que Steve Prefontaine devient “Pre”. C’est le début de la “Premania”, les fans l’encouragent en chantant “Pre !, Pre !, Pre ! ”, contribuant à développer son aura d’invincibilité. En 1970, il fait la couverture du prestigieux magazine Sports Illustrated intrigué par le nouveau génie du running de l’Ouest américain.

Un communicant hors pair

En 1972, à 21 ans, son mentor et entraîneur Bill Bowerman lui fait essayer de nouvelles chaussures créées par une petite entreprise locale qui sera rebaptisée NIKE en 1976, cofondée avec Phil Knigth en 1964. En 1973, à la fin de ses études, il devient responsable des relations publiques, un rôle taillé pour lui. Il excelle dans l’art de la communication sachant décrire ses émotions avec précision et éloquence. “Pre” fut le premier ambassadeur sportif de Nike. Il donnera à cette discipline une profondeur poétique.

 

Steve Prefontaine

 

 

Ses phrases bien ciselées et percutantes font le bonheur de ses supporters. Quelques extraits de ses interviews  “Donner moins que le meilleur de soi, c’est sacrifier son talent”, “N’importe quel concurrent peut me battre, mais pour cela, il devra se saigner”, ou encore “Beaucoup de gens participent à une course pour voir qui est le plus rapide. Je cours pour voir qui a le plus de tripes, qui peut se punir en s’infligeant une cadence exténuante et qui à la fin se punit encore plus”.

 

Le monde de l’athlétisme est scindé en deux d’un côté l’amateur à qui l’on autorise de participer au JO et le professionnel au sein de l’ITA et ses meeting rémunérateurs. Il optera finalement pour le premier choix faisant de la médaille olympique son principal objectif. Il défendra et utilisera son statut dans la défense des droits des amateurs. Naturellement, il deviendra leur porte parole. La situation du statut d’amateur est dramatique au Etats-unis puisque le système leur interdit de toucher le moindre centime de leurs courses. Ce statut d’amateur est indispensable s’ils veulent participer au JO. 

 

Ses records 

De 1967 à 1975, steve remporta plus de 80 % des courses auxquelles il a participé soit 128 sur 153. En 1971, il remporte la médaille d’or du 5000 mètres lors des Jeux Panaméricains de Cali dans un temps de 13:52:53. Sa carrière est marquée par le manque de médaille lors des grands événements internationnaux.

Voici un aperçu de ces meilleurs temps : 

  • 1,500 m – 3:38.10
  • 1 mi. – 3:54.60
  • 2 mi. – 8:18
  • 3 mi. – 12:51
  • 5,000 m – 13:21.87
  • 10,000 m – 27:43.60

Les Jeux Olympiques de Munich 1972

En 1972, il établit un nouveau record sur le 5000 mètres lui ouvrant les portes des J.O de Munich la même année. Lors de celle-ci, il anime la finale du 5000 mètres en emballant la course à 2 km de l’arrivée. Au terme d’un duel insoutenable avec Lasse Viren, Steve Prefontaine perdit pied lors des dernières mètres et se fera éjecter du podium. Une immense frustration pour ce jeune prodige qui paya sûrement de son inexpérience.

Steve Prefontaine
Steve Prefontaine #1005 of the United States leads Lasse Viren of Finland #228 and Emiel Puttemans of Belgium #61 during the Men’s 5,000 metres event at the XX Summer Olympic Games on 10 September 1972 at the Olympic Stadium in Munich, Germany.(Photo by Tony Duffy/Getty Images)

Une mort tragique

Désireux de reprendre sa revanche lors des JO de 1976 à Montrèal, il est coupé net dans son élan dans la nuit du 30 mai 1975. Au volant de sa décapotable il perd la vie alors qu’il était au sommet de son art. Cette mort tragique contribuera à alimenter l’aura de ce champion. Il décède au même âge que Jean Dean dans un accident de voiture à seulement 24 ans. Les aficionados du running se rendent en pèlerinage sur le lieu de l’accident pour y laisser des chaussures, maillots, médailles en son hommage.

 

Steve Prefontaine

Steve Prefontaine a rendu la course à pied fun en posant les bases de l’entraînement à la dure sans pour autant remporter de grandes courses.

Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir la folle histoire du running en visionnant le documentaire “Free to run” de Pierre Morathhttp://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19561846&cfilm=242732.html

Sources :

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *