Articles

Yiannis Kouros, le roi des longues distances

 

Yiannis Kouros
Yiannis Kouros

Yannis Kouros est né en le 13 février 1956 à Tripoli en Grèce. A partir de ces 16 ans, il s’implique profondément dans le sport. Il est connu à travers le monde pour ces records du monde imbattable, réalisé de façon quasi-mystique. Il détient les 6 records du monde sur les épreuves de 12h, 24h, 48, 1000 km, 1000 miles et les 6 jours. Il est également connu pour ses qualités de poète, de peintre et pour son investissement dans le domaine de la musique.

Yiannis Kouros, est appelé parfois “Dieu Courant” ou “Philippidès” en hommage à ce messager Athénien.

Yiannis Kouros
Le probable parcours de Philippidès

Qui est Philippidès ?

Il aurait parcouru des distances folles lors de la guerre contre les Perses. Selon, les écrit de Hérodote, les responsables Athéniens l’auraient envoyé demander de l’aide à la cité voisine Sparte situé à 245 km d’Athènes car l’armée Perse de Darius 1er était en train de mettre en ruine et en feu les petites îles à proximité d’Athènes et fonçait droit vers Athènes. Peu sensible à la détresse des Athéniens, Sparte refuse de leur venir en aide. De retour à Athènes pour annoncer la mauvaise nouvelle, il participe peu de temps après à la bataille de Marathon situé à 42 km de la capitale grecque. Il sera une nouvelle fois désigné comme le messager pour prévenir Athènes de leur victoire contre les Perses.

L’histoire de Philippidès donnera naissance à la Spartathlon et à la plus connue des courses le Marathon.

La Spartathlon est une course de 245 km commémorant le parcours de ce messager. La première édition a eu lieu en 1983, elle est né de l’imagination de John Foden, un Australien qui était lieutenant-colonel dans la Royal Air Force. Il voulait savoir si l’exploit de Philippidès était à la porté des coureurs modernes. Cette année-là, 45 coureurs ont pris le départ de cette course. Aujourd’hui, le départ se fait devant l’Acropole (Athènes) pour arriver devant la statue de Léonidas à Sparte.

Yiannis Kouros remporta par 4 fois cette course en 1983, 1984, 1986 et 1990. Il détient le meilleur temps sur cette épreuve avec 20h25 minutes de course.

En 1997, lors d’une course de 24h, il réalise l’exploit de parcourir 188 miles (303,509 km) ce qui équivaut à courir 7 marathons et 5 miles. Pour une moyenne de 3h et 19 minutes pour chaque marathon. Il dira à la fin de cette course “Ce record tiendra des siècles”.

Si le marathon est déjà une épreuve en soit que dire de la performance de Yiannis Kouros qui a réalisé 1036 km, actuel détenteur du record du monde de l’épreuve des 6 jours. Alors âgé de 49 ans (2005), le coureur grec devient l’homme le plus rapide sur cette distance. 

 

Yiannis Kouros
        Yiannis Kouros

La force de Kouros est sa quête de connaissance dans les 3 univers que constituent la personnalité humaine (Physique, Intellectuel, Spirituel). Il combine de façon harmonieuse une bonne santé avec richesse intellectuelle et spirituelle. Cet athlète grec a une vision unique de la course de fond, voici ces propos recueillis de l’une de ces interviews.

Pour moi, la course de fond n’est pas seulement un exercice physique, mais plus un acte métaphysique. J’ai besoin de méditer avant de m’élancer sur la route. Et cette méditation, je la travaille en peignant, en jouant de la musique ou en écrivant des poèmes. Quand on court une épreuve de plusieurs jours, la plus grande difficulté est d’arriver à quitter mentalement la course pour s’échapper vers ses propres pensées; Il faut être capable de ne pas écouter son corps, ne pas entendre la douleur, sans quoi il est vite impossible de continuer. Pour cela, j’ai besoin de quitter mon enveloppe corporelle et d’atteindre un état presque second. Je cours alors en pensant à des tas de choses, mon enfance, mon avenir, ma famille mais surtout jamais à mon corps.

Il peut m’arriver de rester plusieurs mois sans rien faire. Je pars du principe qu’il est impossible d’accumuler assez de kilomètres pour être physiquement prêt pour une course de 24 heures, 100 km ou 10 jours. Donc, j’en fais le minimum. Et je me concentre sur l’essentiel, la méditation. En général, je recommence à courir deux semaines avant une compétition, à raison de deux sorties quotidiennes. Je me contente souvent de 20 à 22 km par séance, en variant les allures, mais sans jamais dépasser la valeur d’un marathon par jour. En fait, je cherche seulement à remettre en route mon système cardio-vasculaire.

Il n’existe pas de limite à l’endurance, je pourrais très bien courir une année entière. Mes jambes me porteraient, je le sais, et la tête, ça se travaille.” 

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *